Foto do autor
29 Works 359 Membros 1 Review

About the Author

Barbara Hannah was born in England and went to Zurich in the 1920s to study with C. G. Jung. She remained in Switzerland as a practicing analyst and teacher at the C. G. Jung Institute. She is the author of Encounters with the Soul, Striving Towards, Wholeness, Jung: His Life and Work, a mostrar mais Biographical Memoir, and The Archetypal-Symbolism of Animals. mostrar menos

Obras de Barbara Hannah

Striving Toward Wholeness (1971) 30 cópias
Striving Towards Wholenss (2018) 2 cópias

Etiquetado

Conhecimento Comum

Membros

Resenhas

> Babelio : https://www.babelio.com/livres/Hannah-Jung-sa-vie-et-son-oeuvre/655595

> JUNG, SA VIE ET SON OEUVRE, de Barbara Hannah. — Ce livre est une biographie chaleureuse et très personnelle, basée sur des souvenirs, puisque, élève et amie de Jung : Barbara Hannah fut étroitement associée à son travail pendant plus de trente années. Cette étude de grande envergure, sur la vie créatrice de Jung, est une excellente introduction à sa pensée. Ed. Fontaine de Pierre/Dervy-Livres, 1989. 460 p.
3e millénaire, (16), Été 1990

> JUNG, SA VIE ET SON OEUVRE, de Barbara Hannah. — Sachons gré à Dervy de publier cette belle biographie de celui qui donna à la psychanalyse son ouverture spirituelle. Sans doute est-il le seul psychanalyste qui fit éclater le carcan des limitations freudiennes : Carl Gustav Jung créa le pont entre la psyché et le pneuma. Ce livre est une biographie chaleureuse et très personnelle, basée sur des souvenirs, puisque élève et amie de Jung, Barbara Hannah fut étroitement associée à son travail pendant plus de trente années. Partant des premières années pour s’achever à sa mort, passant par les multiples événements intérieurs et extérieurs de cette longue vie, cet ouvrage présente le portrait de Jung réel, plutôt que de l’homme qu’en a fait la légende.
Il dépassa tout le long de sa vie les méandres abyssales de l’analyse freudienne pour atteindre grâce à ses approfondissements sur l’alchimie les champs ineffables de la vie intérieure qui revêtaient pour lui une importance beaucoup plus grande que n’importe quel événement extérieur. C’est aussi cette vie intérieure qu’il évoquait la plupart du temps. B. Hannah a essayé avec grand talent de suivre sa vie chronologiquement pour montrer comment il a d’abord vécu sa psychologie avant de la mettre en mots. Synchronicité et archétype furent les deux axes essentiels de sa recherche. A propos de synchronicité, il est troublant d’apprendre deux faits rapportés par B. Hannah dans son livre :
“Jung s’éteignit dans l’après-midi du mardi 6 juin â 4 heures moins le quart. A nouveau, comme en 1944, des synchronicités se manifestèrent. Je me rappelle très bien que je voulus prendre la voiture — c’était juste avant qu’il ne meure — et trouvai la batterie complètement à plat alors qu’elle n’était pas ancienne et ne m’avait jamais causé le moindre ennui auparavant. Sur le moment, je fus très perplexe. Quand Ruth téléphona à peu près une demi-heure plus tard, cela parut très naturel, comme si la voiture avait su… Au moment où Jung mourut, aucun orage ne grondait, comme il a été dit parfois. L’orage vint une ou deux heures plus tard et c’est à ce moment que la foudre tomba sur un grand peuplier du jardin situé au bord du lac, ce qui est très rare, car l’eau attire la foudre et protège donc, d’ordinaire, les arbres et les maisons du rivage. L’arbre ne fut pas détruit, mais en grande partie dépouillé de son écorce. En sortant dans le jardin après l’orage, la famille découvrit ce qui s’était passé en voyant la pelouse jonchée de morceaux d’écorce.”
Pour conclure La vie et l’oeuvre de Jung, sa biographe nous dit avec l’émotion qu’on devine :
“Lorsque je me tins près de son corps mort, ce corps infiniment paisible et pourtant si lointain, je ne pus que dire ‘merci encore et encore’. Et c’est à nouveau ce que je ressens à l’égard de cette vie si pleinement vécue qu’il nous fut donné de connaître : une gratitude profonde et illimitée.”
C’est en sage que Jung mourut, ayant parfaitement compris que l’homme est son propre Athanor. Nonobstant l’excellente qualité du texte, on peut déplorer l’inexistence de support iconographique de cette biographie. Ed. Dervy. (Albert SARALLIER)
Nouvelles Clés, (8), Nov./Déc. 1989, (p. 68)
… (mais)
 
Marcado
Joop-le-philosophe | Mar 7, 2019 |

You May Also Like

Estatísticas

Obras
29
Membros
359
Popularidade
#66,805
Avaliação
4.1
Resenhas
1
ISBNs
39
Idiomas
6

Tabelas & Gráficos